Sculpture moderne ou sculpture abstraite : quand Alexandre Calder et Henry Moore entrent dans le monde de la sculpture et bouleversent les codes

A quel moment parle-t-on de sculpture moderne et à quel moment parle-t-on de sculpture abstraite ? Qui ne s’est jamais demandé si cela ne faisait pas référence à la même chose ou à deux choses différentes. Quoi qu’il en soit, la sculpture abstraite tout comme la sculpture moderne n’a été reconnue et n’a été appréciée à sa juste valeur que dans le monde d’après-guerre, dans les années 30 avec l’exil de plusieurs artistes du genre dans les pays d’Europe comme la France, plus particulièrement à Paris pour la majorité. Alexander Calder et Henry Moore, sont deux de ceux qui ont révolutionné le genre de manière différentes et à des périodes différentes.

 

L’apport d’Alexander Calder

 

Rien ne prédisposait Calder à se tourner vers le monde de l’art et encore moins de la sculpture abstraite. En effet, Calder a évolué aux Etats-Unis et s’est spécialisé dans une formation d’ingénieur. Ce n’est que, par la suite, qu’il s’installe à Paris après s’être reconverti dans une école d’art. Calder se passionne surtout par la représentation des mouvements et commence à sculpter à l’aide de fil de fer sur tout ce qui tourne autour du zoo mais plus spécialement sur le cirque. S’étant surtout lancé dans des sculptures mécaniques dans le mouvement, il va avec l’expérience privilégier, les sculptures toujours dans le monde du mouvement, mais qui cette fois-ci va être animé par les seules forces de l’air et de la pesanteur.

Alexander Calder, en s’intéressant aux mouvements va alors initier tout une série de sculpture qui vont pour le moins, devenir plus célèbres les unes que les autres. On peut par exemple citer Rodin ou encore Degas qui vont puiser dans le mouvement pour donner l’illusion d’un moment de grande expression avec la danseuse pour Rodin et le penseur pour Degas.

 

La reconnaissance d’Henri Moore dans le milieu

 

Amoureux et passionné de la nature, Henri Moore dans son art cherche à épouser les formes de la nature et faire en sorte que son art se marie avec les formes de la nature et se fonde dans le paysage. Dès ses premières œuvres, il reçoit plusieurs commandes et peu à peu à gagner une réputation qui sera plus que reconnue dans le monde. Henri Moore, soucieux de la nature et du paysage va orienter son art en jouant entre les vides et les pleins. Dans les années 40, il devient initiateur d’un mouvement et va en inspirer plus d’un.

En explorant le monde où il évolue et surtout en intégrant en toute harmonie ses œuvres dans celui-ci, Henri Moore garde toute sa connexion avec la nature tout en faisant entrer dans celui-ci des pièces qui lui sont plus qu’extérieurs. Ce qui est le plus impressionnant chez Moore c’est qu’avant lui, personne n’a eu l’idée de marier le culturelle et le naturelle mais surtout que personne ne l’a jamais aussi bien fait que lui.